“Le Randonneur Fou” a terminé son périple

Publié le 24/07/2020

Bruno Vermeulen, alias “Le Randonneur fou” a terminé son périple du tour de la Loire ce samedi 18 juillet à Chazelles-sur-Lyon, avec 650 km dans les jambes et le sourire. Accueillis par des proches, des personnes rencontrées sur la route, des locaux et des élus de la commune, Bruno Vermeulen a ainsi clôturé son aventure débutée le 1er juillet dans la même commune. Nous l’avons rencontré pour faire un point sur son parcours.

 

Est-ce-que certains randonneurs vous ont rejoint sur le parcours ?

“Des personnes m’ont rejoint le long du Rhône par exemple, un Monsieur m’a accompagné sur deux journées au Col des Echarmeaux; et bien d’autres. J’ai eu aussi la visite de correspondants de presse qui souhaitaient faire un article sur mon passage dans leur commune. Tout au long de mon parcours j’ai aussi rencontré des personnes qui m’ont accueilli gracieusement chez eux et invité à partager un repas, d’autres ont fait un geste en m’offrant des repas. Dans l’ensemble j’ai eu un accueil chaleureux.”

Vous avez également croisé certains élus sur votre route ?

“J’ai rencontré plusieurs élus des communes que j’ai traversé. J’ai par exemple rencontré un élu à Dargoire qui m’a offert les clés de sa commune. Un élu de Sainte-Croix-en-Jarez m’a proposé de me faire visiter la Chartreuse. À Saint-Denis-de-Cabanne j’ai eu le droit à une visite personnalisée du village avec un casse-croûte de spécialités locales et la chanson de la commune. Et à Violay, l’adjointe au Maire m’a fait découvrir la Tour Matagrin.”

Avez-vous rencontré des difficultés sur le parcours ?

“Oui, pour trouver des sentiers praticables au plus près des limites administratives du département. En fait, pour effectuer le tracé je me suis servi de géoportail pour repérer les limites administratives et des cartes IGN pour trouver des sentiers, chemins, des routes ou en dernier recours des départementales comme la N7 que j’ai du longer à un moment.”

Sauf que la théorie ne colle pas toujours avec la réalité du terrain…

“Parfois, il y a des sentiers qui n’existent plus ou sont impraticables. Ce sont tous les chemins non balisés, qui avec le temps et de moins en moins de passage ont fini par disparaître. Bien sûr j’ai aussi utilisé des sentiers balisés comme le GR3, le GR7 ou des GRP, mais souvent ce ne sont pas ceux les plus proches des limites administratives alors je m’aventurai sur d’autres sentiers”

“J’ai eu également quelques mauvaises rencontre avec des chiens qui me barraient le chemin. Dans ces moments là ont est pas rassuré et j’étais très en colère contre les propriétaires”

Vous allez donc faire un film sur votre périple ?

“Tout au long de ce trek, un caméraman m’a suivi pour faire des vues aériennes et sinon je me suis filmé sur à différents endroits du parcours. Une fois le montage terminé, le but serait de présenter le film qui durera environ 1h dans des festivals, des salles de cinéma, des communes et de le monnayer et reverser tous les fonds aux Restos du Coeur”

Comment ressortez vous de ce périple ?

“Je suis parti très vite après le confinement. J’ai manqué d’entrainement et les premiers jours où j’ai beaucoup marché m’ont bien abîmé. Du coup j’ai beaucoup fait fonctionner le mental pour pouvoir finir mes étapes. Le contact avec les personnes m’a également beaucoup apporté.”

Vous repartez bientôt sur les sentiers ?

“Mon prochain objectif, c’est le GR54 : Le Tour des Écrins. Puis après on se calmera peut-être”

 

  • 163
  •  
  •  
  •  
  •  
    163
    Partages

FFRandonnée Loire
04 77 43 59 17
04 77 37 28 24
loire@ffrandonnee.fr

Par Marjorie Chevrier